PatentDe  


Dokumentenidentifikation EP1324354 07.08.2003
EP-Veröffentlichungsnummer 1324354
Titel Verfahren zur kontinuierlichen Herstellung eines gewellten Koaxialkabels
Anmelder Acome, Societe Cooperative de Travailleurs, Paris, FR
Erfinder Estienne, Thierry, 50140 Mortain, FR;
Besnier, Gerard, 50670 Mesnil Gilbert, FR;
Duc, Jean-Claude, 50140 Romagny, FR
Vertreter derzeit kein Vertreter bestellt
Vertragsstaaten AT, BE, BG, CH, CY, CZ, DE, DK, EE, ES, FI, FR, GB, GR, IE, IT, LI, LU, MC, NL, PT, SE, SI, SK, TR
Sprache des Dokument FR
EP-Anmeldetag 17.12.2002
EP-Aktenzeichen 022931182
EP-Offenlegungsdatum 02.07.2003
Veröffentlichungstag im Patentblatt 07.08.2003
IPC-Hauptklasse H01B 13/00

Beschreibung[fr]

La présente invention concerne un procédé de fabrication d'un câble coaxial annelé.

Les câbles coaxiaux sont largement utilisés aujourd'hui pour de multiples applications et en particulier dans les transmissions de signaux de fréquence radio. On connaît par exemple de tels câbles pour transmettre des signaux de télévision ou des signaux de téléphone cellulaire de diverses générations.

Un câble coaxial inclut un conducteur central entouré d'un diélectrique et d'un conducteur périphérique protégé généralement d'une gaine en polymère. Dans de nombreux cas, le diélectrique est constitué d'un polymère expansé et extrudé, et le conducteur périphérique est en cuivre ou en aluminium. Dans de nombreux cas, le conducteur périphérique est annelé de façon à procurer au câble coaxial une souplesse compatible avec les conditions d'installation tout en garantissant les meilleures qualités de transmission.

Il est bien connu que ces qualités de transmission dépendent à la fois des qualités intrinsèques des conducteurs intérieur et périphérique et du diélectrique, mais aussi du respect des valeurs géométriques nominales de ces mêmes conducteurs, caractérisées par le diamètre extérieur du conducteur central, par le diamètre intérieur ou un diamètre équivalent dans le cas d'un conducteur périphérique annelé, et enfin par la régularité de ces caractéristiques intrinsèques ou de ces valeurs nominales le long de l'axe du câble. Le procédé de fabrication entre donc pour une part importante à la fois dans l'aspect économique du câble términé tant en valeur pure qu'en valeur après rendement de fabrication, et dans la capacité à réaliser le câble à des vitesses élevées tout en gardant cette qualité.

Les procédés connus, s'ils permettent incontestablement de réaliser des produits de qualité largement commercialisés, présentent quelques inconvénients. Ainsi les procédés les plus utilisés sont basés sur le fait de prendre le touret de fabrication du conducteur central entouré de son diélectrique, puis d'introduire cet élément dans le conducteur périphérique cylindrique qui est tiré par une chenille et est ensuite annelé avant d'être enroulé sur un touret de réception. En sortie du touret amont, l'élément de conducteur central entouré de son diélectrique passe sur un pantin régulateur qui a pour rôle de corriger la vitesse de déroulement de ce touret. En sortie de l'anneleur, l'élément de câble comprenant le conducteur périphérique annelé passe sur un pantin chargé lui aussi de réguler la vitesse de rotation du touret de réception.

Dans ce procédé, la vitesse de déroulement de référence est la vitesse de la chenille destinée à tirer sur le conducteur périphérique. De ce fait et malgré les régulations du touret d'origine et du touret de réception, la tête d'annelage est soumise à une force qui varie en permanence en intensité et en direction du fait des continuelles variations de vitesse du touret d'origine, ce qui correspond à une quantité de produit intermédiaire variable par unité de temps, et des continuelles variations de vitesse du touret de réception, ce qui correspond à une quantité de produit fini variable par unité de temps.

De ce fait, ce procédé implique de mesurer ou d'estimer la force axiale s'exerçant sur la tête d'annelage et de ramener cette dernière en permanence à sa position d'équilibre en modifiant la vitesse de rotation de l'outillage permettant de réaliser l'annelage. Cette modification de vitesse entraîne elle-même des modifications de tension sur l'ensemble de la ligne et entraîne donc par le jeu des pantins précédemment cités une modification des vitesses d'entrée et de sortie pour les tourets cités précédemment.

On peut résumer cette situation en remarquant que, dans un tel procédé, on amène le conducteur périphérique dans l'anneleur à une vitesse donnée qui est la vitesse servant de référence de vitesse à la ligne de fabrication. La quantité de conducteur ainsi amenée est égale à la quantité de conducteur consommée par l'anneleur, cette quantité étant donc fonction de la vitesse de référence de la chenille et du diamètre du conducteur soudé avant de pénétrer dans l'anneleur. Cette même quantité de conducteur consommée est bien entendu fonction des paramètres de l'annelure, en particulier du diamètre sur annelure, du fond de l'annelure et de la forme de l'annelure. Quant au conducteur central muni de son diélectrique, il est entraîné par l'opération d'annelage qui s'effectue en compression sur le diélectrique et une tension est nécessaire pour tendre ce même élément de conducteur central muni de son diélectrique.

L'usage d'un tel procédé passe donc par la définition d'une vitesse de conducteur périphérique (qui est sous forme de tube avant annelage) et d'un diamètre pour ce conducteur périphérique, puis par le calcul d'une vitesse approximative de rotation de la tête d'annelage. Lors des essais de démarrage, on ajuste ensuite les différentes tensions, tension pour le dévidage du touret d'origine et tension pour l'accumulation sur le touret de réception afin d'obtenir le dimensionnement recherché.

On comprend dès lors que le changement d'un seul paramètre nécessite le changement de tous les autres paramètres pour conserver le dimensionnement voulu, ce qui entraîne d'une part une complexité de fonctionnement peu propice à des rendements excellents et d'autre part de nombreux risques de dysfonctionnement qui entraînent soit des dégradations de qualité, soit des déchets de fabrication supplémentaires.

Enfin, dans un tel procédé, compte tenu de la variation de vitesse du touret d'origine et donc de la tension induite pour l'élément de câble (constitué de son conducteur central et de son diélectrique) introduit dans le conducteur cylindrique périphérique, on peut estimer que le glissement du conducteur périphérique sur le diélectrique n'est jamais constant. Cela est d'autant plus important que l'élément de câble incident, formé de son conducteur central muni de son diélectrique, passe seulement sur un pantin en sortie du touret initial et tend ainsi à conserver sa courbure initiale sur touret. Or cette courbure n'est pas régulière, change au fur et à mesure du déroulage et fait que cet élément de câble est par nature dans une position instable au moment de son introduction dans le conducteur périphérique. Cela nécessite d'ajuster les paramètres pour retrouver un câble conforme. De plus, les défauts de trancannage du diélectrique sur le touret amont sont directement répercutés au niveau de l'anneleur par une variation de tension générant une variation de la forme d'annelure.

Les procédés existants sont donc basés sur une régulation permanente d'un système de plusieurs paramètres autour d'un point de fonctionnement optimum qui ne peut lui-même être obtenu qu'après des ajustements progressifs. (Certains procédés existants ne comportent même pas la souplesse de fonctionnement introduite au niveau du flottement latéral de la tête d'annelage et de son usage pour réguler la vitesse de rotation de la tête d'annelage). Dans tous les cas, les procédés existants sont donc des procédés capables de réaliser des câbles de qualité mais au prix d'une grande difficulté de contrôle et de maîtrise du procédé, d'une vigilance peu compatible avec certains impératifs modernes de production, et de vitesses très limitées. Tous ces points ont inévitablement des conséquences, même relativement faibles, sur la qualité optimum d'un produit comme le câble coaxial dont les performances sont justement en partie liées à une grande régularité géométrique des éléments constitutifs. Il s'ensuit enfin des rendements assez mauvais dus soit à des temps de réglage ou de re-réglage longs faisant appel à des opérations délicates, soit à des taux de déchets assez importants dus notamment à des dérives de performance.

La présente invention a donc pour objectif de remédier à ces multiples inconvénients en offrant un procédé plus stable et plus facile à régler tout en permettant d'envisager de plus grandes vitesses de fabrication sans risque de dégradation de la qualité, en réduisant les déchets et les défauts dus à des dérives de fabrication.

L'invention vise aussi à favoriser la mise en tandem de certaines opérations comme la réalisation du diélectrique ou le gainage.

La présente invention vise donc une plus grande stabilité et une productivité accrue en vue d'offrir la possibilité d'accroître les vitesses.

Selon un premier aspect, l'invention repose sur le principe consistant à faire fonctionner l'anneleur à une vitesse constante. Selon un deuxième aspect qui peut être mis en oeuvre indépendamment du premier aspect ou conjointement à celui-ci, la vitesse de fonctionnement de l'anneleur est choisie comme une vitesse de référence pour le réglage de la vitesse d'au moins l'un des éléments d'entraînement du dispositif servant à déplacer le câble ou une partie de celui-ci au cours de la fabrication.

Plus précisément, on prévoit selon l'invention un procédé de fabrication en continu d'un câble coaxial dans lequel on forme des anneaux sur un conducteur du câble dans un anneleur et on fait fonctionner l'anneleur à vitesse constante.

Le procédé selon l'invention pourra présenter au moins l'une quelconque des caractéristiques suivantes :

  • en amont de l'anneleur, on entraîne le conducteur à une vitesse intermédiaire constante,
  • on règle la vitesse intermédiaire en fonction de la vitesse de l'anneleur,
  • à un poste d'introduction situé en amont de l'anneleur, on introduit un élément de câble dans le conducteur,
  • en amont du poste d'introduction, on entraîne l'élément de câble à une vitesse amont constante,
  • on règle la vitesse amont en fonction de la vitesse de l'anneleur,
  • en amont du poste d'introduction, on donne à l'élément de câble une forme rectiligne,
  • en aval de l'anneleur, on entraîne le conducteur à une vitesse aval constante,
  • on règle la vitesse aval en fonction de la vitesse de l'anneleur, et
  • la vitesse aval est égale à la vitesse intermédiaire.

On prévoit également selon l'invention un dispositif de fabrication en continu d'un câble coaxial comprenant un anneleur pour former des anneaux sur un conducteur du câble et des moyens de commande, les moyens de commande étant agencés pour faire fonctionner l'anneleur à vitesse constante.

Le dispositif selon l'invention pourra présenter en outre au moins l'une des caractéristiques suivantes :

  • il comprend en amont de l'anneleur une chenille amont d'entraînement d'un élément de câble destiné à être introduit dans le conducteur, et
  • il comprend en aval de l'anneleur une chenille aval d'entraînement du conducteur.

On prévoit aussi selon l'invention un procédé de fabrication en continu d'un câble coaxial comprenant les étapes consistant à :

  • à au moins un poste d'entraînement, entraîner une partie du câble à une vitesse d'entraînement ;
  • dans un anneleur, former des anneaux sur un conducteur du câble, et
  • régler la vitesse d'entraînement en fonction d'une vitesse de l'anneleur.

Le procédé selon l'invention pourra présenter avantageusement au moins l'une quelconque des caractéristiques suivantes :

  • l'anneleur est situé en aval du poste d'entraînement,
  • au poste d'entraînement, la partie du câble comprend le conducteur,
  • à un poste d'introduction, on introduit la partie du câble dans le conducteur, le poste d'entraînement étant situé en amont du poste d'introduction, et
  • le poste d'entraînement est situé en aval de l'anneleur.

On prévoit également selon l'invention un dispositif de fabrication en continu d'un câble coaxial comprenant :

  • un anneleur pour former des anneaux sur un conducteur du câble ;
  • au moins un poste d'entraînement d'une partie du câble ; et
  • des moyens de commande,
   dans lequel les moyens de commande sont agencés pour commander une vitesse du poste d'entraînement en fonction d'une vitesse de l'anneleur.

Le dispositif selon l'invention pourra présenter avantageusement au moins l'une quelconque des caractéristiques suivantes :

  • l'anneleur est situé en aval du poste d'entraînement,
  • au poste d'entraînement, la partie du câble comprend le conducteur,
  • il comprend un poste d'introduction de la partie de câble dans le conducteur, le poste d'entraînement étant situé en amont du poste d'introduction, et
  • le poste d'entraînement est situé en aval de l'anneleur.

Dans l'un quelconque des procédés de l'invention, on pourra prévoir que,

  • en aval de l'anneleur, on installe une gaine sur le conducteur, et/ou
  • en amont de l'anneleur, on assemble un conducteur central et un diélectrique du câble.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront encore dans la description suivante de deux modes préférés de réalisation donnés à titre d'exemples non limitatifs en référence aux dessins annéxés sur lesquels :

  • La figure 1 est une vue de côté d'une extrémité d'un câble coaxial fabriqué au moyen du procédé de l'invention, montrant les différentes couches du câble ;
  • la figure 2 est une vue schématique en élévation d'une chaîne de fabrication selon un mode de réalisation de l'invention ; et
  • la figure 3 est une vue schématique en coupe longitudinale de l'anneleur de la chaîne de la figure 2,
  • la figure 4 est une vue schématique en coupe longitudinale de la tête de l'anneleur de la figure 3, et
  • la figure 5 est une vue analogue à la figure 2 montrant un autre mode de réalisation de l'invention.

Dans les modes de réalisation qui vont être décrits, le procédé selon l'invention vise à fabriquer un câble coaxial annelé 2 tel que représenté par exemple à la figure 1. Ce câble comprend un conducteur central métallique 4 constituant l'âme du câble. Le câble comprend un matériau diélectrique 6 de forme tubulaire cylindrique recouvrant le conducteur central 4. Le diélectrique est constitué ici d'un polymère expansé et extrudé. Le câble comprend de plus un conducteur périphérique 8 de forme tubulaire cylindrique recouvrant le matériau diélectrique 6. Enfin, le câble comprend une gaine 10 en matériau polymère de forme tubulaire cylindrique recouvrant le conducteur périphérique 8. Les couches 4, 6, 8 et 10 se succèdent directement les unes au-dessus des autres et dans cet ordre suivant la direction radiale en partant de l'axe central du câble. Une telle structure est connue en elle-même et ne sera pas davantage détaillée ici.

Le conducteur périphérique 8 est annelé pour procurer au câble une certaine souplesse de façon connue en soi. L'opération d'annelage consiste à former un sillon hélicoïdal ou en forme d'annelure droite dans le conducteur périphérique à partir de la face externe de celui-ci pour lui donner l'apparence d'une succession d'anneaux.

De façon connue en soi, le dispositif illustré à la figure 2 comprend un touret de fabrication 12 ou touret amont constituant une réserve d'un élément de câble formé à ce stade seulement par le conducteur central 4 et le diélectrique 6 l'entourant.

Le dispositif forme une chaîne de fabrication comprenant différents postes que l'élément de câble parcourt successivement, la fabrication ayant cependant lieu en continu. Les directions amont et aval se réfèrent donc au sens de déplacement de l'élément de câble au cours de la fabrication, indiqué par la flèche 11.

En aval du touret 12, la chaîne comprend un poste d'introduction 14 dans lequel l'élément de câble 4, 6 provenant du touret est introduit dans le conducteur périphérique 8 se trouvant encore à l'état de tube lisse.

En aval de ce poste d'introduction, la chaîne comprend un poste d'entraînement intermédiaire 16 dans lequel le conducteur périphérique 8 est entraîné suivant la direction aval. Ce poste comprend notamment une chenille 18 comportant deux bandes sans fin entraînant le conducteur suivant une trajectoire horizontale rectiligne et s'étendant au-dessus et au-dessous du conducteur 8 de part et d'autre de celui-ci pour le prendre en sandwich.

En aval du poste d'entraînement intermédiaire 16, la chaîne comprend un poste d'annelage ou anneleur 20 dans lequel sont réalisées les annelures sur le conducteur périphérique 8.

Enfin, à l'extrémité aval de la chaîne, celle-ci comprend un touret de réception ou touret aval 22 sur lequel est enroulé l'élément de câble comprenant à ce stade le conducteur central 4, le diélectrique 6 et le conducteur périphérique annelé 8.

Nous allons décrire sommairement en référence aux figures 3 et 4 l'anneleur 20 qui est d'un type classique.

L'anneleur 20 comprend un châssis 40 et un arbre creux 42 traversé suivant son axe 45 par l'élément de câble en cours de fabrication. L'anneleur comprend deux paliers à roulement 44 grâce auxquels l'arbre est monté mobile à rotation par rapport au châssis autour de l'axe 45 qui est aussi l'axe du câble. Cette rotation est indiquée par la flèche 46. L'élément de câble coulisse dans l'arbre suivant la direction aval 11 parallèle à cet axe sans tourner sur lui-même. Pour éviter des problèmes de frottement au contact dans l'arbre, un jeu suffisant est prévu entre eux.

L'anneleur comprend un moteur 48 entraînant l'arbre 42 en rotation par l'intermédiaire d'une transmission 50.

L'anneleur comprend une tête à anneler 52 fixée rigidement à l'extrémité amont de l'arbre 42 et tournant par conséquent à la même vitesse. Cette vitesse de rotation est appelée vitesse de l'anneleur dans la présente description.

L'anneleur comprend un porte-outil 54 relié à la tête 52 par un axe transversal 56 radial à l'axe de rotation 45. La tête comporte des moyens d'actionnement de l'axe pour régler une position radiale du porte-outil par rapport à la tête suivant la flèche 57, ainsi qu'une position angulaire suivant la flèche 59 en fonction des paramètres de l'annelure désirée.

L'anneleur comprend un outillage 56 de forme annulaire ou hélicoïdale suivant le type d'annelure, logé dans le porte-outil 54, un palier à roulement 58 étant interposé radialement entre ceux-ci. L'outillage 56 et le palier 58 ont un axe commun non illustré, parallèle et distant de l'axe 45 ou encore incliné par rapport à l'axe 45. Du fait de la présence du palier 58, l'outillage 56 est libre à rotation par rapport au porte-outil 54 qui ne fait que définir la position angulaire et radiale de l'outillage par rapport à l'axe 45 du câble.

En fonctionnement, l'outillage 56 roule sur le câble 2 en réalisant les annelures par déformation du conducteur périphérique 8. Ce mouvement résulte de la conjonction de la rotation 46 de l'anneleur et du coulissement du câble dans l'anneleur.

Selon l'invention, la chaîne comprend en outre un poste d'entraînement amont 24 s'étendant en aval du touret amont 12 et en amont du poste d'introduction 14.

La chaîne comprend en outre un poste d'entraînement aval 26 s'étendant en aval de l'anneleur 20 et en amont du touret de réception 22. Ce poste d'entraînement sert à entraîner en direction du touret l'élément de câble muni du conducteur périphérique annelé 8.

Les postes d'entraînement 24 et 26 sont conformés essentiellement comme le poste d'entraînement intermédiaire 16 et formés d'une chenille chacun.

Comme on le voit sur la figure 2, cette chaîne ne comprend pas un pantin interposé entre la chenille 24 et l'anneleur 20 pour régler la tension de l'élément de câble. De même, dans le présent exemple, le pantin aval habituellement disposé entre l'anneleur 20 et le touret de réception 22 et servant à la régulation de la vitesse est remplacé par une simple poulie de guidage 30.

Ainsi, dans cet exemple, on impose le passage de l'élément de câble, formé seulement du conducteur intérieur 4 et du diélectrique 6, dans le poste d'entraînement amont 24 dont le double mérite est de conférer une vitesse stable V1 à l'élément de câble et de lui enlever sa mémoire de courbure pour le rendre rectiligne et ainsi éviter les turbulences lors de son introduction dans le conducteur périphérique 8 qui est quant à lui entraîné par le poste intermédiaire 16 à une vitesse V2 .

Ce mode d'introduction a pour avantage de ne pas perturber le positionnement bord à bord du ruban de cuivre sous la torche de soudure, donc de réduire les risques de défaut de soudure. Il a aussi pour avantage de mettre le diélectrique à une position optimale par rapport au point chaud donné par la soudure du conducteur.

Dans le présent mode de réalisation de l'invention, les vitesses V1 et V2 de ces deux postes sont fixées et constantes dans le temps. On élimine ainsi l'inconvénient des glissements relatifs parasites de l'élément de câble constitué du conducteur central 4 muni de son diélectrique 6 par rapport au conducteur périphérique annelé 8 au niveau de l'anneleur 20.

On amène donc l'élément de câble muni de son diélectrique et le conducteur périphérique soudé avant annelage dans l'anneleur 20 à des vitesses données et préalablement déterminées. La quantité de conducteur périphérique, donnée par la chenille 16, est égale à la quantité de conducteur périphérique consommée par l'anneleur 20. Cette quantité de conducteur périphérique consommée est fonction de la vitesse V2, du diamètre du tube du conducteur périphérique 8 et de paramètres de l'annelure, à savoir le diamètre sur annelure, le fond d'annelure, le pas et la forme de l'annelure.

De ce fait, cet entraînement positif permet de fixer la vitesse de rotation de la tête de l'anneleur 20. Selon l'invention, celle-ci devient de ce fait la vitesse de référence, à la différence des procédés antérieurs qui prenaient comme vitesse de référence celle du poste intermédiaire 16. De plus, la vitesse de l'anneleur est ici constante.

De même, dans le procédé de l'invention, la vitesse V3 du poste aval 26 est rendue égale à la vitesse V1 du poste amont 24 entraînant le conducteur central muni de son diélectrique. Cette vitesse V3 reste proportionnelle à la vitesse de référence qui est celle de l'anneleur quelle que soit celle-ci, même en phase de montée et de descente de vitesse. Il en est de même pour la vitesse du poste 24.

Ainsi, pour la présente mise en oeuvre de l'invention, on définit une vitesse de l'anneleur 20, un outillage, un diamètre d'annelure et un fond d'annelure. Ensuite, à partir de ces paramètres, on définit la vitesse V2 du tube du conducteur périphérique 8, le diamètre du tube et la vitesse V1 de l'élément de câble formé du conducteur central 4 et du diélectrique 6. Ces calculs sont à la portée de l'homme du métier.

De ce fait, lors de la mise en oeuvre du procédé, il est nettement plus facile que dans les procédés connus de régler le bon fonctionnement, le fonctionnement étant ensuite d'une grande stabilité.

On voit que le procédé de l'invention élimine les inconvénients des procédés connus liés à une instabilité permanente et à une difficulté de pilotage en se basant sur des vitesses d'entraînement prédéterminées et une vitesse d'annelage stable. Il évite aussi les instabilités dues à la mémoire d'enroulement du diélectrique 8, aux variations de diamètre du diélectrique et aux différentes variations de tension de part et d'autre de l'anneleur.

Ce fonctionnement très stable correspond aussi de ce fait à un minimum de contraintes sur la filière et donc à un taux d'onde stationnaire (TOS) intéressant. De même, l'absence de variation de tension à l'enroulement sur le touret aval 22 a un effet bénéfique sur le TOS.

Naturellement, la chaîne comprend des moyens de commande 21 pour fixer la vitesse de l'anneleur 20.

L'anneleur 20 et les différents postes d'entraînement 24, 16, 26 pourront être entraînés par une motorisation commune. Toutefois, compte-tenu des problèmes que peuvent soulever les jeux de transmission éventuels et les vibrations dues aux variations cycliques générées par une transmission mécanique, il sera avantageux de prévoir des moyens électroniques de régulation pour l'ajustement de la vitesse des différents postes d'entraînement.

La poulie 30 donne une tension minimale et en pratique suffisante pour que le câble sorte de l'anneleur mais sans interférer sur la formation de cette annelure.

La figure 5 présente un deuxième mode de réalisation assez proche du mode de la figure 2.

Dans ce deuxième mode de réalisation, compte-tenu de la grande stabilité de fonctionnement de la chaîne selon l'invention et de la gestion des différents éléments en vitesse et non en tension, on peut d'autre part prévoir une mise en tandem de celle-ci avec une ligne 34 de fabrication de l'élément de câble comprenant le conducteur 4 et son diélectrique 6, ou encore avec une ligne 36 de mise en place de la gaine externe 10.

Ainsi, comme illustré à la figure 3, on a disposé en amont du poste d'entraînement amont 24 et en lieu et place du touret amont 12 une chaîne de fabrication 34, non illustrée en détail mais connue en elle-même, dans laquelle on installe le diélectrique 6 sur le conducteur central 4. Cette chaîne fonctionne en continu et en liaison directe avec la chaîne de fabrication précédemment décrite.

Alternativement, on peut remplacer la chaîne 34 par deux tourets de fabrication 12 fonctionnant en alternance de sorte que, lorsque l'un des tourets est entièrement dévidé, le deuxième touret prend immédiatement le relais. Pendant le dévidemment de ce deuxième touret, le premier est remplacé par un touret plein. On assure ainsi une alimentation permanente de la chaîne en amont.

De même, on peut prévoir en aval de la chaîne de fabrication une chaîne de gainage 36 fonctionnant en continu et en liaison directe avec la chaîne selon l'invention précédemment décrite. Cette chaîne permet la mise en place de la gaine 10 sur l'élément de câble muni du conducteur périphérique annelé 8.

Une mise en tandem de deux tourets de réception peut également être prévue à ce niveau.

Dans le présent exemple, la chaîne comprend en outre des moyens pour mesurer la position de la poulie 30, ici suivant la direction verticale, et pour modifier la vitesse du poste d'entraînement aval 26 lorsque cette position dépasse un seuil prédéterminé. Le but de ce contrôle de vitesse est de faire en sorte que la poulie conserve une position fixe.

Les mises en tandem rendent le procédé particulièrement économique en assurant un rendement de qualité très élevé et entraînent une diminution considérable des déchets liés à chaque démarrage des opérations individuelles.

De façon connue en soi, l'invention pourra être mise en oeuvre avec un anneleur fonctionnant à une vitesse de 8 000 à 15 000 tours par minute. Tous les équipements de la chaîne pourront être connectés à un BUS de terrain. Les moyens de commande 21 pourront être reliés à un ordinateur recevant des données de tous les organes de la chaîne pour leur affichage en temps réel à des fins de surveillance de la fabrication et pour leur archivage.

Bien entendu, on pourra apporter à l'invention de nombreuses modifications sans sortir du cadre de celle-ci défini par les revendications annexées.


Anspruch[fr]
  1. Procédé de fabrication en continu d'un câble coaxial (2) dans lequel on forme des anneaux sur un conducteur (8) du câble dans un anneleur (20), caractérisé en ce qu'on fait fonctionner l'anneleur à vitesse constante.
  2. Procédé selon la revendication 1, caractérisé en ce que, en amont de l'anneleur (20), on entraîne le conducteur (8) à une vitesse intermédiaire (V2) constante.
  3. Procédé selon la revendication 2, caractérisé en ce qu'on règle la vitesse intermédiaire (V2) en fonction de la vitesse de l'anneleur.
  4. Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que, à un poste d'introduction (14) situé en amont de l'anneleur (20), on introduit un élément de câble (4, 6) dans le conducteur (8).
  5. Procédé selon la revendication 4, caractérisé en ce que, en amont du poste d'introduction (14), on entraîne l'élément de câble (4, 6) à une vitesse amont (V1) constante.
  6. Procédé selon la revendication 5, caractérisé en ce qu'on règle la vitesse amont (V1) en fonction de la vitesse de l'anneleur (20).
  7. Procédé selon l'une quelconque des revendications 4 à 6, caractérisé en ce que, en amont du poste d'introduction (14), on donne à l'élément de câble (4, 6) une forme rectiligne.
  8. Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 7, caractérisé en ce que, en aval de l'anneleur (20), on entraîne le conducteur (8) à une vitesse aval (V3) constante.
  9. Procédé selon la revendication 8, caractérisé en ce qu'on règle la vitesse aval (V3) en fonction de la vitesse de l'anneleur (20).
  10. Procédé selon l'une quelconque des revendications 2 ou 3 et selon l'une quelconque des revendications 8 ou 9, caractérisé en ce que la vitesse aval (V3) est égale à la vitesse intermédiaire (V2).
  11. Dispositif de fabrication en continu d'un câble coaxial (2) comprenant un anneleur (20) pour former des anneaux sur un conducteur (8) du câble et des moyens de commande (21), caractérisé en ce que les moyens de commande sont agencés pour faire fonctionner l'anneleur à vitesse constante.
  12. Dispositif selon la revendication 11, caractérisé en ce qu'il comprend en amont de l'anneleur (20) une chenille amont (24) d'entraînement d'un élément de câble (4, 6) destiné à être introduit dans le conducteur (8).
  13. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 11 ou 12, caractérisé en ce qu'il comprend en aval de l'anneleur (20) une chenille aval (26) d'entraînement du conducteur (8).
  14. Procédé de fabrication en continu d'un câble coaxial (2) comprenant les étapes consistant à :
    • à au moins un poste d'entraînement (24 ; 16 ; 26), entraîner une partie du câble (4, 6, 8) à une vitesse d'entraînement (V1, V2, V3) ; et
    • dans un anneleur (20) former des anneaux sur un conducteur (8) du câble,
       caractérisé en ce qu'on règle la vitesse d'entraînement (V1, V2, V3) en fonction d'une vitesse de l'anneleur (20).
  15. Procédé selon la revendication 14, caractérisé en ce que l'anneleur (20) est situé en aval du poste d'entraînement (24 ; 16).
  16. Procédé selon l'une quelconque des revendications 14 ou 15, caractérisé en ce que, au poste d'entraînement (16 ; 26), la partie du câble comprend le conducteur (8).
  17. Procédé selon l'une quelconque des revendications 14 à 16, caractérisé en ce que, à un poste d'introduction (14), on introduit la partie du câble (4, 6) dans le conducteur (8), le poste d'entraînement (24) étant situé en amont du poste d'introduction (14).
  18. Procédé selon l'une quelconque des revendications 14 à 17, caractérisé en ce que le poste d'entraînement (26) est situé en aval de l'anneleur (20).
  19. Dispositif de fabrication en continu d'un câble coaxial (2) comprenant :
    • un anneleur (20) pour former des anneaux sur un conducteur (8) du câble ;
    • au moins un poste d'entraînement (24 ; 16 ; 26) d'une partie du câble ; et
    • des moyens de commande (21),
       caractérisé en ce que les moyens de commande (21) sont agencés pour commander une vitesse (V1, V2, V3) du poste d'entraînement en fonction d'une vitesse de l'anneleur.
  20. Dispositif selon la revendication 19, caractérisé en ce que l'anneleur (20) est situé en aval du poste d'entraînement (24 ; 16).
  21. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 19 ou 20, caractérisé en ce que, au poste d'entraînement (16 ; 26), la partie du câble comprend le conducteur (8).
  22. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 19 à 21, caractérisé en ce qu'il comprend un poste d'introduction (14) de la partie de câble (4, 6) dans le conducteur (8), le poste d'entraînement (24) étant situé en amont du poste d'introduction (14).
  23. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 19 à 22, caractérisé en ce que le poste d'entraînement (26) est situé en aval de l'anneleur (20)
  24. Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 10 ou l'une quelconque des revendications 14 à 18, caractérisé en ce que, en aval de l'anneleur (20), on installe une gaine (10) sur le conducteur (8).
  25. Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 10 ou l'une quelconque des revendications 14 à 18 ou selon la revendication 24, caractérisé en ce que, en amont de l'anneleur (20), on assemble un conducteur central (4) et un diélectrique (6) du câble.






IPC
A Täglicher Lebensbedarf
B Arbeitsverfahren; Transportieren
C Chemie; Hüttenwesen
D Textilien; Papier
E Bauwesen; Erdbohren; Bergbau
F Maschinenbau; Beleuchtung; Heizung; Waffen; Sprengen
G Physik
H Elektrotechnik

Anmelder
Datum

Patentrecherche

Patent Zeichnungen (PDF)

Copyright © 2008 Patent-De Alle Rechte vorbehalten. eMail: info@patent-de.com