PatentDe  


Dokumentenidentifikation EP1550431 11.08.2005
EP-Veröffentlichungsnummer 0001550431
Titel Kosmetische Zusammensetzung mit einem trans-konfigurierten ethylenischen Ester und einem Kohlenwasserstoffwachs
Anmelder L'OREAL S.A., Paris, FR
Erfinder Lebre, Caroline, 94320, FR;
Filippi, Vanina, 75015, FR
Vertreter derzeit kein Vertreter bestellt
Vertragsstaaten AT, BE, BG, CH, CY, CZ, DE, DK, EE, ES, FI, FR, GB, GR, HU, IE, IS, IT, LI, LT, LU, MC, NL, PL, PT
Sprache des Dokument FR
EP-Anmeldetag 23.12.2004
EP-Aktenzeichen 043009513
EP-Offenlegungsdatum 06.07.2005
Veröffentlichungstag im Patentblatt 11.08.2005
IPC-Hauptklasse A61K 7/025

Beschreibung[fr]

La présente invention vise à proposer des compositions cosmétiques dotées de propriétés améliorées en terme d'application, de confort, de résistance mécanique et de stabilité.

Plus particulièrement le domaine de l'invention est celui du maquillage et/ou du soin de la peau et des phanères. D'une manière générale, ces compositions se doivent de donner satisfaction en termes de confort. Plus particulièrement elles doivent être dotées d'une onctuosité suffisante pour procurer à l'application un effet fondant, doux et glissant, tout en étant suffisamment structurées pour être prises au doigt ou pour être conditionnées, par exemple en pot, en stylo ou en stick.

Les compositions de l'art antérieur qui sont faciles à appliquer et crémeuses à l'application manquent souvent de stabilité dans le temps; soit que les huiles qu'elles contiennent migrent à la surface de la composition, qui devient brillante (phénomène d'exsudation ou de déphasage), soit que les cires qu'elles contiennent subissent un phénomène de recristallisation, si bien que la composition devient mate.

En outre, dans le cas des compositions solides, lorsqu'on cherche à augmenter la quantité du dépôt de composition sur les matières kératiniques en un seul passage, ou lorsqu'on souhaite rendre le dépôt plus souple à l'application, la résistance mécanique de la composition devient généralement insuffisante, si bien que la composition casse ou s'écrase au moment où l'utilisateur l'applique et que la composition ne peut plus être utilisée.

Ainsi, il est très difficile d'obtenir une composition cosmétique présentant à la fois de bonnes propriétés d'application (douceur, onctuosité, crémeux), et une structure acceptable, c'est-à-dire résistant notamment à des températures de l'ordre de 38 °C, et conservant un aspect de surface lisse et sans imperfection au cours du temps (sans exsudation, ni recristallisation).

Les inventeurs ont trouvé qu'il est possible d'obtenir une composition dotée à la fois d'une résistance mécanique suffisante et d'une qualité d'application améliorée. Cette composition contient au moins une cire hydrocarbonée ayant un point de fusion relativement élevé et au moins un ester insaturé ayant un point de fusion relativement bas.

Le document US 4 360 387 décrit des compositions cosmétiques contenant un mélange d'huile de jojoba hydrogénée et du beurre de jojoba. Ces compositions présentent cependant le désavantage d'exsuder au cours du temps ou de ne pas être suffisamment crémeuses à l'application.

Les inventeurs ont en effet trouvé qu'en associant à un ester insaturé tel que le beurre de jojoba, une cire hydrocarbonée de point de fusion suffisamment élevé il est possible d'obtenir une composition cosmétique remédiant aux inconvénients cités précédemment.

Plus précisément, la présente invention concerne une composition cosmétique, notamment pour le soin et/ou le maquillage de la peau, des lèvres et/ou des matières kératiniques caractérisée en ce qu'elle associe à au moins un ester d'un acide éthylénique en C16 à C24 et d'un alcool éthylénique en C16 à C24 avec ledit acide et/ou ledit alcool étant en configuration trans, au moins une cire hydrocarbonée de point de fusion supérieur à 70 °C.

De façon surprenante, l'association d'une cire hydrocarbonée de haut point de fusion à ce type d'ester permet de conférer à ces compositions cosmétiques, les propriétés mécaniques attendues sans porter préjudice à leurs propriétés en terme de confort. Ainsi, les compositions cosmétiques conformes à l'invention s'avèrent posséder de bonnes propriétés d'application se traduisant notamment par une sensation de fondant, de glissant, d'onctuosité et de douceur.

Les compositions de l'invention présentent également une stabilité mécanique et thermique dans le temps satisfaisante, ce qui est d'autant plus surprenant que les compositions de l'art antérieur, glissantes à l'application, présentent généralement une stabilité insuffisante.

Enfin, les compositions conformes à l'invention ne s'avèrent pas sujettes à des phénomènes de recristallisation au cours du temps, phénomènes qui sont bien entendu préjudiciables en termes d'esthétique, puisqu'ils matifient la surface de la composition. Les compositions présentent également l'avantage de ne pas exsuder au cours du temps.

La présente invention a en outre pour objet l'utilisation de l'association d'au moins un ester d'un acide éthylénique en C16 à C24 et d'un alcool éthylénique en C16 à C24, ledit acide et/ou ledit alcool étant en configuration trans, et d'au moins une cire hydrocarbonée de point de fusion supérieur à 70 °C, dans une composition cosmétique pour améliorer son confort, son glissant à l'application et son onctuosité tout en préservant ses propriétés mécaniques.

La composition selon l'invention comprend au moins un ester d'un acide éthylénique en C16 à C24 et d'un alcool éthylénique en C16 à C24 avec ledit acide et/ou ledit alcool étant en configuration trans.

Selon un mode de mise en oeuvre, la composition est solide, en ce sens qu'elle présente une dureté particulière. La dureté de la composition peut être mesurée par la méthode dite du fil à couper le beurre, qui consiste à couper un stick de composition à tester, de diamètre compris entre 8 et 12,7 mm et à mesurer la dureté à 20 °C, au moyen d'un dynamomètre DFGHS 2 de la société Indelco-Chatillon se déplaçant à une vitesse de 100mm/minute. Elle est exprimée comme la force de cisaillement (exprimée en gramme) nécessaire pour couper un stick dans ces conditions. Selon cette méthode, la dureté de la composition selon l'invention varie de 40 à 250 g, en particulier de 60 à 190 g et plus particulièrement de 80 à 170 g.

Au sens de la présente invention, un acide éthylénique en C16 à C24 désigne un composé hydrocarboné en C16 à C24 comportant au moins une insaturation éthylénique et au moins une fonction carboxylique.

On entend par "composé hydrocarboné", un composé constitué essentiellement de carbone et d'hydrogène et éventuellement fonctionnalisé par un groupe comprenant un hétéroatome, comme l'oxygène, l'azote ou un halogène.

Selon un mode de réalisation particulier, ledit acide est exempt de tout groupe fonctionnalisé autre que la fonction carboxyle. En particulier, il est exempt de groupe hydroxyle.

L'acide éthylénique peut présenter une seule fonction carboxylique ou plusieurs fonctions carboxyliques. Avantageusement, il en porte une seule.

L'acide éthylénique conforme à l'invention, peut être linéaire ou ramifié. Il est en particulier linéaire.

Ledit acide comprend au moins une insaturation éthylénique. Il comprend en particulier une seule insaturation éthylénique.

L'acide éthylénique comprend de 16 à 24 atomes de carbone en particulier de 20 à 22 atomes de carbone.

A titre représentatif du type d'acide convenant à l'invention, on peut particulièrement citer les composés de formule comme suit : CH3-(CH2)n-CH=CH-(CH2)m-COOH dans laquelle la somme de n et m varie de 14 à 20, n et m désignant des entiers naturels. En particulier m varie de 8 à 12.

Par exemple, l'acide éthylénique est choisi dans le groupe constitué par l'acide octadéc-9-énoïque ou acide oléique (C18), l'acide eicos-11-énoique (C20), l'acide docos-13-énoique ou acide érucique (C22) tel que n=7 et m=11, l'acide tétracos-15-énoique (C24) et leurs mélanges.

Au sens de la présente invention, un alcool éthylénique en C16 à C24 désigne un composé hydrocarboné en C16 à C24, comportant au moins une insaturation éthylénique et au moins une fonction hydroxyle.

Cet alcool peut présenter une seule fonction hydroxyle ou plusieurs fonctions hydroxyles. Avantageusement, il en porte une seule.

Selon un mode de réalisation particulier, ledit alcool est exempt de tout groupe fonctionnalisé autre que la fonction hydroxyle.

L'alcool conforme à l'invention peut être ramifié ou linéaire. Il est en particulier linéaire.

Ledit alcool comprend au moins une insaturation éthylénique. Il comprend en particulier une seule insaturation éthylénique.

L'alcool éthylénique conforme à l'invention peut être notamment choisi parmi les alcools en C20 et en C22.

Selon un mode de réalisation particulier, il répond à la formule générale suivante : CH3-(CH2)r-CH=CH-(CH2)s-OH dans laquelle la somme de r et s varie de 15 à 21, r et désignant des entiers naturels. En particulier, s varie de 10 à 14.

A titre illustratif des alcools convenant à l'invention, on peut particulièrement citer l'octadéc-9-énol (C18), l' eicos-11-énol (C20), le docos-13-énol (C22), le tétracos-15-énol (C24), ou un de leurs mélanges.

Comme précisé précédemment, l'ester selon l'invention possède au moins une insaturation éthylénique ou liaison éthylénique en configuration trans, soit sur le radical alcoyle, soit sur le radical alcanoyle de la molécule. Selon une variante particulière de l'invention, l'ester est doté de deux liaisons éthyléniques en configuration trans, l'une située sur le radical alcoyle et l'autre située sur le radical alcanoyle de la molécule.

Selon un mode de réalisation particulier de l'invention, l'ester comprend de 38 à 44 atomes de carbone. Il peut être choisi en particulier dans le groupe constitué par l'oléate d'eicos-11-ényle, l'eicos-11-énoate d'eicos-11-ényle, l'eicos-11-énoate de docos-13-ényle, l'eicos-11-énoate de tétracos-15-ényle, le docos-13-énoate d'eicos-11-énoyle et leurs mélanges.

Plus particulièrement, la composition de l'invention contient l'ester tel que défini précédemment sous la forme d'un mélange.

Selon un mode de réalisation particulier de l'invention, ledit ester est introduit dans la composition sous la forme de beurre de jojoba.

Le beurre de jojoba peut être obtenu à partir d'huile de jojoba, extraite de la graine de l'espèce Simmondsia chinensis, par exemple selon le procédé décrit dans le brevet US 4 329 298.

Conviennent ainsi à l'invention, notamment les beurres de jojoba commercialisés sous les dénominations « ISO-jojoba 35® » et « ISO-jojoba 50® » par la société DESERT WHALE JOJOBA COMPANY.

On choisit en particulier un beurre de jojoba dont la température de fusion est inférieure à 60 °C, notamment allant de 35 à 50 °C. Le point de fusion est mesuré au sommet du pic le plus endotherme du thermogramme tracé à l'aide d'un calorimètre à balayage différentiel (D. S. C), tel que le calorimètre vendu sous la dénomination « MDSC 2920® » par la société TA instrument, avec une montée en température de 5 ou 10 °C par minute, selon la norme ISO 11357-3:1999.

Le beurre de jojoba est avantageusement présent dans la composition selon l'invention en une teneur allant de 0,1 à 40 %, par exemple de 0,5 à 15 %, en particulier de 1 à 12 % et plus particulièrement de 1,5 à 8 % en poids. Pour des raisons évidentes, cette proportion est bien entendue susceptible de varier significativement selon la nature de la composition cosmétique considérée.

La composition selon l'invention contient en outre au moins une cire hydrocarbonée ayant un point de fusion supérieur à 70 °C.

Par "cire" au sens de la présente invention, on entend un composé gras lipophile, solide à température ambiante (25 °C), à changement d'état solide/liquide réversible, ayant une température de fusion supérieure ou égale à 30 °C pouvant aller jusqu'à 200 °C, une dureté supérieure à 0,5 MPa, et présentant à l'état solide une organisation cristalline anisotrope.

On entend par cire hydrocarbonée, une cire constituée uniquement de carbone et d'hydrogène.

La cire hydrocarbonée conforme à l'invention peut être choisie en particulier parmi les cires microcristallines, les cires de polyéthylène, les cires de Fischer Tropsch, les cires de paraffme, et leurs mélanges sous réserve que ladite cire présente un point de fusion mesuré selon la méthode décrite précédemment supérieur à 70 °C.

La cire ayant un point de fusion supérieur à 70 °C peut être présente dans les compositions selon l'invention à raison de 0,1 à 25 % en poids, notamment de 2 à 20 % en poids, en particulier de 3 à 15 %, et plus particulièrement de 5 à 12 % en poids par rapport au poids total de la composition.

La cire hydrocarbonée conforme à l'invention a en particulier un point de fusion inférieur ou égal à 105 °C, en particulier allant de 75 °C à 100 °C, et plus particulièrement de 80 à 95 °C.

Selon un mode de réalisation particulier, la composition selon l'invention comprend au moins deux cires hydrocarbonées différentes.

Dans une première variante, ces cires se distinguent par leur structure, les unes étant linéaires et les autres ramifiées. Ainsi, la composition comprend avantageusement le mélange d'au moins une cire hydrocarbonée linéaire et d'au moins une cire hydrocarbonée ramifiée. Il peut s'agir en particulier d'un mélange d'au moins une cire de polyéthylène et d'au moins une cire microcristalline, ou d'un mélange d'au moins une cire de paraffine et d'au moins une cire microcristalline.

Dans une seconde variante, la composition selon l'invention comprend un mélange d'au moins deux cires hydrocarbonées ayant des points de fusion différents. Les compositions selon l'invention peuvent en particulier comprendre un mélange d'au moins une cire ayant un point de fusion supérieur à 70 °C et pouvant aller jusqu'à 80 °C inclus et d'au moins une cire ayant un point de fusion supérieur à 80 °C et en particulier inférieur ou égal à 105°C.

Avantageusement, le rapport pondéral cire ayant un point de fusion supérieur à 70 °C et inférieur ou égal à 80 °C sur cire ayant un point de fusion supérieur à 80 °C est de 1/1 à 3/1, et en particulier d'environ 2/1.

Ces cires se distinguant par leur point de fusion peuvent également se distinguer par leur structure, l'une pouvant être de type linéaire et l'autre de type ramifié. De plus, la composition selon l'invention peut comprendre un mélange de cires de points de fusion différents comme défini précédemment, avec pour une gamme de point de fusion donnée ou pour un point de fusion donné, un mélange de cires qui présentent des structures différentes, de type linéaire et ramifié.

La cire hydrocarbonée conforme à l'invention est avantageusement une cire de polyéthylène.

Au sens de la présente invention, on entend par l'expression cire de polyéthylène, un polymère choisi parmi les homopolymères d'éthylène et les copolymères d'éthylène et d'un monomère répondant à la formule : CH2=CH-R' dans laquelle :

  • R' représente un radical alkyle ayant de 1 à 30 atomes de carbone, un radical aryle ou aralkyle.

Par polymère, on entend un composé comportant au moins 2 motifs de répétition, en particulier au moins 3 motifs de répétition et plus particulièrement au moins 10 motifs de répétition.

Parmi les radicaux alkyles ayant de 1 à 30 atomes de carbone, on peut citer les radicaux méthyle, éthyle, propyle, isopropyle, décyle, dodécyle et octadécyle.

Le radical aryle est en particulier le radical phényle ou tolyle.

Le radical aralkyle est en particulier le radical benzyle ou phénéthyle.

Ces cires étant des produits de synthèse, elles ne présentent pas les problèmes de variabilité observée avec les composés naturels.

Selon un mode de réalisation particulier des compositions selon l'invention, la cire utilisée telle que définie précédemment est choisie parmi les homopolymères d'éthylène, les copolymères éthylène-propylène et les copolymères éthylène-hexène, et avantageusement parmi les homopolymères d'éthylène.

Avantageusement, la cire de polyéthylène utilisée dans les compositions de l'invention présente un point de fusion mesuré selon la méthode de calorimétrie décrite précédemment, supérieur à 70 °C et inférieur ou égal à 105 °C, en particulier allant de 80 à 95 °C. Selon un mode de réalisation particulier des compositions selon l'invention, les cires de polyéthylène sont choisies parmi les polymères, et notamment les homopolymères, ayant un poids moléculaire allant de 300 à 700, en particulier de 350 à 650.

Comme homopolymères d'éthylène utilisables dans les compositions selon l'invention, on peut citer notamment les cires commercialisées sous les dénominations de « Performalen 500® » et « 400® » par la société NEWPHASE TECHNOLOGIES ayant respectivement des poids moléculaires de 500 et 400.

Parmi les copolymères d'éthylène utilisables selon l'invention, on peut citer notamment les copolymères éthylène-propylène commercialisés sous la dénomination de « Performalen EP 700® » par la société NEWPHASE TECHNOLOGIES.

Selon une variante de l'invention, on peut avantageusement utiliser un mélange de cire de polyéthylène présentant des points de fusion différents. On peut en particulier utiliser un mélange d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion supérieur à 70 °C et inférieur ou égal à 80 °C et d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion supérieur à 80 °C et inférieur ou égal à 105 °C, lesdites cires pouvant être notamment présentes en un rapport pondéral allant de 1/1 à 3/1, et en particulier en un rapport pondéral d'environ 2/1. Avantageusement, la composition selon l'invention comprend un mélange d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion inférieur ou égal à 75 °C et d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion supérieur à 80 et inférieur ou égal à 90 °C.

De manière avantageuse, l'ester et la cire requis dans le cadre de la présente invention sont associés dans la composition cosmétique dans un rapport pondéral ester/cire généralement inférieur à 1, et notamment pouvant aller de 0,15 à 0,75.

Selon une variante, la composition conforme à l'invention comprend de 0,1 à 40 % de beurre de jojoba et de 0,1 à 25 % de cire hydrocarbonée, en particulier de 0,5 à 15 % de beurre de jojoba et de 2 à 20 % de cire, et plus particulièrement de 1 % à 12 % de beurre de jojoba et de 3 à 15 % de cire, lesdits pourcentages étant exprimés en poids par rapport au poids total de la composition.

Bien entendu d'autres additifs cosmétiques peuvent être associés à la cire et l'ester selon l'invention de manière à conférer à la composition cosmétique considérée les propriétés requises notamment en terme de point de fusion, de fluidité, et de résistance mécanique.

Ainsi, les compositions selon l'invention, notamment lorsqu'elles sont destinées à être appliquées sur les lèvres, la peau et les cils, peuvent comporter un corps gras supplémentaire différent de l'ester et de la cire décrits précédemment, notamment au moins un corps gras liquide à température ambiante (25 °C) et à pression atmosphérique.

La composition peut posséder par exemple une phase grasse continue, pouvant contenir moins de 5 % d'eau, notamment moins de 1 % d'eau par rapport à son poids total et en particulier peut être sous forme anhydre.

Ladite phase grasse peut notamment comprendre, à titre de corps gras liquide, au moins une huile volatile ou non volatile ou un de leurs mélanges.

Par « huile volatile », on entend au sens de l'invention toute huile susceptible de s'évaporer au contact de la peau en moins d'une heure, à température ambiante et pression atmosphérique. Les huiles volatiles de l'invention sont des huiles cosmétiques volatiles, liquides à température ambiante, ayant une pression de vapeur non nulle, à température ambiante et pression atmosphérique, allant en particulier de 0,01 à 300 mm de Hg (1,33 Pa à 40.000 Pa) et plus particulièrement supérieure à 0,3 mm de Hg (30 Pa).

Par « huile non volatile », on entend une huile ayant notamment une pression de vapeur inférieure à 0,01 mm de Hg (1,33 Pa).

Ces huiles volatiles ou non volatiles peuvent être des huiles hydrocarbonées notamment d'origine végétale, des huiles siliconées, ou leurs mélanges. On entend par "huile hydrocarbonée", une huile contenant principalement des atomes d'hydrogène et de carbone et éventuellement des atomes d'oxygène, d'azote, de soufre et/ou de phosphore.

Les huiles hydrocarbonées volatiles peuvent être choisies parmi les huiles hydrocarbonées ayant de 8 à 16 atomes de carbone, et notamment les alcanes ramifiés en C8-C16 comme les isoalcanes en C8-C16 d'origine pétrolière (appelées aussi isoparaffines) comme l'isododécane (encore appelé 2,2,4,4,6-pentaméthylheptane), l'isodécane, l'isohexadécane, et par exemple les huiles vendues sous les noms commerciaux d'Isopars® ou de Permetyls® , les esters ramifiés en C8-C16 tels que le néopentanoate d'iso-hexyle, et leurs mélanges. D'autres huiles hydrocarbonées volatiles comme les distillats de pétrole, notamment ceux vendus sous la dénomination Shell Solt® par la société SHELL, peuvent aussi être utilisées.

Comme huiles volatiles, on peut aussi utiliser les silicones volatiles, comme par exemple les huiles de silicones linéaires ou cycliques volatiles, notamment celles ayant une viscosité ≤ 8 centistokes (8 × 10-6 m2/s), et ayant notamment de 2 à 7 atomes de silicium, ces silicones comportant éventuellement des groupes alkyle ou alkoxy ayant de 1 à 10 atomes de carbone. Comme huile de silicone volatile utilisable dans l'invention, on peut citer notamment l'octaméthyl cyclotétrasiloxane, le décaméthyl cyclopentasiloxane, le dodécaméthyl cyclohexasiloxane, l'heptaméthyl hexyltrisiloxane, l'heptaméthyloctyl trisiloxane, l'hexaméthyl disiloxane, l'octaméthyl trisiloxane, le décaméthyl tétrasiloxane, le dodécaméthyl pentasiloxane et leurs mélanges.

L'huile volatile peut être présente dans la composition selon l'invention à une teneur allant de 0,01 à 50 % en poids, notamment de 0,1 à 40 % en poids, et en particulier de 1 à 30 % en poids, par rapport au poids total de la composition.

Les huiles non volatiles peuvent notamment être choisies parmi les huiles hydrocarbonées le cas échéant fluorées et/ou les huiles siliconées non volatiles.

Comme huile hydrocarbonée non volatile, on peut notamment citer :

  • les huiles hydrocarbonées d'origine animale,
  • les huiles hydrocarbonées d'origine végétale telles que les triglycérides constitués d'esters d'acides gras et de glycérol dont les acides gras peuvent avoir des longueurs de chaînes variées de C4 à C24, ces dernières pouvant être linéaires ou ramifiées, saturées ou insaturées ; ces huiles sont notamment les huiles de germe de blé, de tournesol, de pépins de raisin, de sésame, de maïs, d'abricot, de ricin, de karité, d'avocat, d'olive, de soja, d'amande douce, de palme, de colza, de coton, de noisette, de macadamia, de luzerne, de pavot, de potimarron, de sésame, de courge, de cassis, d'onagre, de millet, d'orge, de quinoa, de seigle, de carthame, de bancoulier, de passiflore, de rosier muscat ; le beurre de karité ; ou encore les triglycérides des acides caprylique/caprique comme ceux vendus par la société Stéarineries Dubois ou ceux vendus sous les dénominations Miglyol 810® , 812® et 818® par la société DYNAMIT NOBEL,
  • les éthers de synthèse ayant de 10 à 40 atomes de carbone ; les hydrocarbures linéaires ou ramifiés, d'origine minérale ou synthétique tels que la vaseline, les polydécènes, le polyisobutène hydrogéné tel que le Parléam® , le squalane et leurs mélanges,
  • les esters de synthèse comme les huiles de formule R1COOR2 dans laquelle R1 représente le reste d'un acide gras linéaire ou ramifié comportant de 1 à 40 atomes de carbone et R2 représente une chaîne hydrocarbonée notamment ramifiée contenant de 1 à 40 atomes de carbone à condition que R1 + R2 soit ≥ 10, comme par exemple l'huile de Purcellin (octanoate de cétostéaryle), le myristate d'isopropyle, le palmitate d'isopropyle, les benzoates d'alcools en C12 à C15, le laurate d'hexyle, l'adipate de diisopropyle, l'isononanoate d'isononyle, le palmitate de 2-éthyl-hexyle, l'isostéarate d'isostéaryle, des heptanoates, octanoates, décanoates ou ricinoléates d'alcools ou de polyalcools comme le dioctanoate de propylène glycol ; le polylaurate de vinyle; les esters hydroxylés comme le lactate d'isostéaryle, le malate de di-isostéaryle ; les esters de polyols et les esters du pentaérythritol,
  • les alcools gras liquides à température ambiante à chaîne carbonée ramifiée et/ou insaturée ayant de 12 à 26 atomes de carbone comme l'octyl dodécanol, l'alcool isostéarylique, l'alcool oléique, le 2-hexyldécanol, le 2-butyloctanol, et le 2-undécylpentadécanol,
  • les acides gras supérieurs tels que l'acide oléique, l'acide linoléique, l'acide linolénique et leurs mélanges.

Les huiles de silicone non volatiles utilisables dans la composition selon l'invention peuvent être les polydiméthylsiloxanes (PDMS) non volatiles, les polydiméthylsiloxanes comportant des groupements alkyle ou alcoxy pendants et/ou en bouts de chaîne siliconée, groupements ayant chacun de 2 à 24 atomes de carbone, les silicones phénylées comme les phényl triméthicones, les phényl diméthicones, les phényl triméthylsiloxy diphénylsiloxanes, les diphényl diméthicones, les diphényl méthyldiphényl trisiloxanes, et les 2-phényléthyl triméthylsiloxysilicates.

Les huiles non volatiles peuvent être présentes dans la composition selon l'invention en une teneur allant de 0,01 à 90 % en poids, notamment de 0,1 % à 85 % en poids, et en particulier de 1 % à 70 % en poids, par rapport au poids total de la composition.

Selon un autre mode de réalisation particulier, la composition conforme à l'invention contient au moins une huile de silicone et/ou une huile hydrocarbonée apolaire.

Par « huile hydrocarbonée apolaire », on entend une huile constituée uniquement de carbone et d'hydrogène. Une telle huile hydrocarbonée apolaire est donc exempte de groupe fonctionnel polaire tel que des groupes hydroxyles ou carboxyles et d'hétéroatome. Une telle huile est en particulier choisie parmi la vaseline, les polydécènes, les polydécènes hydrogénés, le squalane, le polybutène, le polyisobutène, le polyisobutène hydrogéné ou un de leurs mélanges.

La composition contient en particulier au moins 20 %, et plus particulièrement au moins 30 % en poids par rapport au poids total de la composition d'une huile siliconée et/ou d'une huile hydrocarbonée apolaire telle que décrite précédemment.

La composition selon l'invention contient notamment moins de 40 %, en particulier moins de 30 %, et plus particulièrement moins de 20 % en poids par rapport au poids total de la composition, d'une huile hydrocarbonée polaire et en particulier d'une huile hydrocarbonée comportant des fonctions hydroxyles.

La composition selon l'invention est en particulier exempte d'huile de ricin.

Plus généralement, le corps gras liquide à température ambiante et à pression atmosphérique peut être présent à raison de 0,01 à 90 % en poids et notamment de 0,1 à 85 % en poids, par rapport au poids de la phase grasse.

En ce qui concerne le corps gras supplémentaire solide à température ambiante et à pression atmosphérique différent de l'ester et de la cire ayant un point de fusion supérieur à 70 °C décrits précédemment, il peut être choisi parmi les cires ayant un point de fusion inférieur ou égal à 70 °C, les corps gras pâteux, les gommes et leurs mélanges. Ce corps gras solide peut être présent à raison de 0,01 à 50 %, notamment de 0,1 à 40 % et en particulier de 0,2 à 30 % en poids, par rapport au poids total de la phase grasse.

Selon un mode de réalisation de l'invention, la composition peut comprendre, outre la cire ayant un point de fusion supérieur à 70 °C, une cire supplémentaire. Elle peut être hydrocarbonée, fluorée et/ou siliconée et être d'origine animale, végétale, minérale ou synthétique. Elle peut être choisie par exemple parmi la cire d'abeille, la cire de Carnauba, la cire de Candellila et leurs mélanges.

Selon un autre mode de réalisation, la composition selon l'invention est exempte de cire ayant un point de fusion inférieur ou égal à 70 °C. En particulier, la composition selon l'invention est exempte d'ozokérite.

Selon une variante de l'invention, la composition peut comprendre au moins un composé gras pâteux à température ambiante.

Par "composé pâteux" au sens de la présente invention, on entend désigner un composé gras lipophile, à changement d'état solide/liquide réversible présentant à l'état solide une organisation cristalline anisotrope, et comportant à la température de 23 °C une fraction liquide et une fraction solide.

Par composé pâteux au sens de l'invention, on entend un composé ayant une dureté à 20 °C allant de 0,001 à 0,5 MPa, et en particulier allant de 0,002 à 0,4 MPa.

La dureté est mesurée selon une méthode de pénétration d'une sonde dans un échantillon de composé et en particulier à l'aide d'un analyseur de texture (par exemple le TA-XT2i de chez Rhéo) équipé d'un cylindre en inox de 2 mm de diamètre. La mesure de dureté est effectuée à 20 °C au centre de 5 échantillons. Le cylindre est introduit dans chaque échantillon à une pré-vitesse de 1mm/s puis à une vitesse de mesure de 0,1 mm/s, la profondeur de pénétration étant de 0,3 mm. La valeur relevée de la dureté est celle du pic maximum.

Ce composé pâteux est en outre, à la température de 23 °C, sous la forme d'une fraction liquide et d'une fraction solide. En d'autres termes, la température de fusion commençante du composé pâteux est inférieure à 23 °C. La fraction liquide du composé pâteux mesurée à 23 °C représente 9 à 97 % en poids du composé. Cette fraction liquide à 23 °C représente en particulier de 15 à 85 %, et plus particulièrement de 40 à 85 % en poids.

La fraction liquide en poids du composé pâteux à 23 °C est égale au rapport de l'enthalpie de fusion consommée à 23 °C sur l'enthalpie de fusion du composé pâteux.

L'enthalpie de fusion du composé pâteux est l'enthalpie consommée par le composé pour passer de l'état solide à l'état liquide. Le composé pâteux est dit à l'état solide lorsque l'intégralité de sa masse est sous forme solide cristalline. Le composé pâteux est dit à l'état liquide lorsque l'intégralité de sa masse est sous forme liquide.

L'enthalpie de fusion du composé pâteux est égale à l'aire sous la courbe du thermogramme obtenu à l'aide d'un calorimètre à balayage différentiel (D. S. C), tel que le calorimètre vendu sous la dénomination MDSC 2920 par la société TA instrument, avec une montée en température de 5 ou 10 °C par minute, selon la norme ISO 11357-3:1999. L'enthalpie de fusion du composé pâteux est la quantité d'énergie nécessaire pour faire passer le composé de l'état solide à l'état liquide. Elle est exprimée en J/g.

L'enthalpie de fusion consommée à 23 °C est la quantité d'énergie absorbée par l'échantillon pour passer de l'état solide à l'état qu'il présente à 23 °C constitué d'une fraction liquide et d'une fraction solide.

La fraction liquide du composé pâteux mesurée à 32 °C représente en particulier de 30 à 100 % en poids du composé, plus particulièrement de 80 à 100 %, voire de 90 à 100 % en poids du composé. Lorsque la fraction liquide du composé pâteux mesurée à 32 °C est égale à 100 %, la température de la fin de la plage de fusion du composé pâteux est inférieure ou égale à 32 °C.

La fraction liquide du composé pâteux mesurée à 32 °C est égale au rapport de l'enthalpie de fusion consommée à 32 °C sur l'enthalpie de fusion du composé pâteux. L'enthalpie de fusion consommée à 32 °C est calculée de la même façon que l'enthalpie de fusion consommée à 23 °C.

Le composé pâteux est avantageusement choisi parmi :

  • les composés siliconés polymères ou non,
  • les composés fluorés polymères ou non,
  • les polymères vinyliques, notamment :
    • les homopolymères d'oléfmes
    • les copolymères d'oléfines
    • les homopolymères et copolymères de diènes hydrogénés
    • les oligomères linéaires ou ramifiés, homo ou copolymères de (méth)acrylates d'alkyles ayant de préférence un groupement alkyle en C8-C30
    • les oligomères homo et copolymères d'esters vinyliques ayant des groupements alkyles en C8-C30
    • les oligomères homo et copolymères de vinyléthers ayant des groupements alkyles en C8-C30,
  • les polyéthers liposolubles résultant de la polyéthérification entre un ou plusieurs diols en C2-C100, en particulier en C2-C50,
  • les esters,
  • et leurs mélanges.

Le composé pâteux est en particulier de type polymère, notamment hydrocarboné.

La composition de l'invention peut en outre comprendre une phase particulaire pouvant être présente à raison de 0,01 à 40 % en poids, notamment de 0,01 à 30 % en poids et en particulier de 0,05 à 20 % en poids, par rapport au poids total de la composition.

Elle peut notamment comprendre des colorants et/ou des pigments et/ou des charges complémentaires utilisés dans les compositions cosmétiques.

Par pigments, il faut comprendre des particules blanches ou colorées, minérales ou organiques, destinées à colorer et/ou opacifier la composition. Les pigments incluent les nacres qui sont des particules irisées, notamment produites par certains mollusques dans leur coquille ou bien synthétisées.

Par charges, il faut comprendre des particules incolores ou blanches, minérales ou de synthèse, lamellaires ou non lamellaires.

Les pigments peuvent être présents dans la composition à raison de 0,01 à 25 % en poids, en particulier de 0,01 à 15 % en poids.

Comme pigments minéraux utilisables dans l'invention, on peut citer les oxydes de titane, de zirconium ou de cérium ainsi que les oxydes de zinc, de fer ou de chrome, le bleu ferrique, le violet de manganèse, le bleu outremer et l'hydrate de chrome. Parmi les pigments organiques utilisables dans l'invention, on peut citer le noir de carbone, les pigments de type D & C, et les laques à base de carmin de cochenille, de baryum, strontium, calcium, aluminium ou encore les dicéto pyrrolopyrrole (DPP) décrits dans les documents EP-A-542669, EP-A-787730, EP-A-787731 et WO-A- 96/08537.

Les pigments nacrés peuvent être choisis parmi les pigments nacrés blancs tels que le mica recouvert de titane, ou d'oxychlorure de bismuth, les pigments nacrés colorés tels que le mica titane avec des oxydes de fer, le mica titane avec notamment du bleu ferrique ou de l'oxyde de chrome, le mica titane avec un pigment organique du type précité ainsi que les pigments nacrés à base d'oxychlorure de bismuth.

Les charges complémentaires peuvent être présentes à raison de 0,01 à 40 % en poids, notamment 0,01 à 30 % en poids, et en particulier de 0,02 à 20 % en poids par rapport au poids total de la composition.

Il peut notamment s'agir de charges sphériques comme par exemple le talc, le stéarate de zinc, le mica, le kaolin, les poudres de polyamide (Nylon®) (Orgasol® de chez ATOCHEM), les poudres de polyéthylène, les poudres de polymères de tétrafluoroéthylène (Téflon® ), l'amidon, le nitrure de bore, des microsphères polymériques telles que celles de chlorure de polyvinylidène/acrylonitrile comme l'Expancel® (NOBEL INDUSTRIES), de copolymères d'acide acrylique (Polytrap® de la société DOW CORNING), les microbilles de résine de silicone (Tospearls® de TOSHIBA, par exemple), et les organopolysiloxanes élastomères.

La composition peut comprendre également des colorants hydrosolubles ou liposolubles en une teneur allant de 0,01 à 6 % en poids, par rapport au poids total de la composition, notamment allant de 0,01 à 3 % en poids. Les colorants liposolubles sont par exemple le rouge Soudan, le DC Red 17, le DC Green 6, le β-carotène, l'huile de soja, le brun Soudan, le DC Yellow 11, le DC Violet 2, le DC orange 5, et le jaune quinoléine. Les colorants hydrosolubles sont par exemple le jus de betterave et le bleu de méthylène.

La composition selon l'invention peut, de plus, comprendre tous les ingrédients classiquement utilisés dans les domaines concernés et plus spécialement dans le domaine du maquillage et du soin. Ces ingrédients sont en particulier choisis parmi les vitamines, les antioxydants, les épaississants, les oligo-éléments, les adoucissants, les séquestrants, les parfums, les agents alcalinisants ou acidifiants, les conservateurs, les filtres UV, les actifs hydrophiles ou lipophiles et leurs mélanges. Les quantités de ces différents ingrédients sont celles classiquement utilisées dans les domaines concernés et par exemple de 0,01 à 20 % du poids total de la composition.

Bien entendu, l'homme du métier veillera à choisir ce ou ces éventuels composés complémentaires, et/ou leur quantité, de manière telle que les propriétés avantageuses de la composition selon l'invention ne soient pas, ou substantiellement pas, altérées par l'adjonction considérée.

La composition de l'invention peut être obtenue selon les procédés de préparation classiquement utilisés en cosmétique.

Elle peut en particulier se présenter sous la forme d'un produit solide tel que sous la forme d'un produit coulé en stick ou en coupelle comme les rouges à lèvres ou les baumes à lèvres, les fonds de teint coulés, les produits anti-cemes, les « correcteurs » et/ou « embellisseurs » de teint et les fards à paupières ou à joues.

Elle peut se présenter sous la forme d'un produit de soin et/ou de maquillage des ongles, de la peau et/ou des lèvres.

Elle peut également se présenter sous la forme d'un produit de maquillage des cils. Les mascaras ainsi obtenus peuvent notamment se présenter sous la forme d'un pain.

La présente invention concerne également un procédé de traitement cosmétique d'au moins une matière kératinique, notamment la peau, les cheveux et/ou les ongles comprenant l'application sur ladite matière d'une composition selon l'invention.

Les exemples de composition ci-après sont donnés à titre illustratif et sans caractère limitatif

Exemple 1

On a préparé la composition de rouge à lèvres suivante (pourcentages massiques) :

  • Cire de Polyéthylène (PM = 500) (« Performalen 500® »

    de NEW PHASE TECHNOLOGIES)   10
  • Cire microcristalline (« Microwax HW® » de PARAMELT)   2,9
  • Beurre de jojoba (« ISO-Jojoba 50® » de DESERT WHALE JOJOBA COMPANY)   2,5
  • Silice enrobée diméthicone (« SA-SB-300® » de MIYOSHI)   4
  • Pigments   8,66
  • Polybutène (« Indopol H-100® » d'AMOCO)   5
  • Trimellitate de tridécyle   9
  • Malate de diisostéaryle   10
  • Polyisobutène hydrogéné (965 g/mol)   24,54
  • Phényltriméthicone (« DC 556® » de DOW CORNING)   10
  • Polylaurate de vinyle   13,4

La composition de rouge à lèvres de l'exemple 1 montre de bonnes propriétés d'application (en termes de fondant, de glissant et de douceur) ainsi qu'une excellente stabilité dans le temps. Elle résiste à l'écrasement sur le dos de la main après conservation pendant 24 heures dans une étuve contrôlée à 34, 36 ou même 38 °C.

Exemple 2

On a préparé le bâton de rouge à lèvres suivant (pourcentages massiques) :

  • Octyl-2 dodécanol   20
  • Cire microcristalline (« Microwax HW® » de PARAMELT)   3
  • Triglycérides d'acides laurique / palmitique / cétylique /

    stéarique (50/20/10/10) («Softisan 100® » de SASOL)   5
  • Phényltriméthylsiloxytrisiloxane (« DC 556® » de

    DOW CORNING)   6
  • Copolymère méthacrylate de lauryle / diméthacrylate

    d'éthylène glycol («Polytrap 6603® » de RP SCHERER)   0,5
  • Cire de polyéthylène (« Performalen 500® » de la société

    NEW PHASE TECHNOLOGIES)   8
  • Mélange de glycérides d'acides gras végétaux / acide

    isostéarique / acide adipique (« Softisan 649® » de SASOL)   13
  • Malate de diisostéaryle   18
  • Tétra-isostéarate de pentaérythrityle   14
  • Beurre de jojoba

    (« ISO-Jojoba 50® » de DESERT WHALE JOJOBA COMPANY)   2,55
  • Pigments   qsp 100

Cette composition dispose de bonnes propriétés d'application. Elle confère de la brillance à un niveau satisfaisant aussi bien juste après son application qu'au terme d'une heure. Elle est confortable dans le temps et est dénuée d'effet collant

Elle possède une bonne stabilité dans le temps et elle n'est pas sujette à des problèmes de cristallisation, ni d'exsudation.

Elle présente également une bonne résistance à l'écrasement à 38 °C.


Anspruch[fr]
  1. Composition cosmétique, notamment pour le soin et/ou le maquillage de la peau, des lèvres et/ou des matières kératiniques caractérisée en ce qu'elle associe à au moins un ester d'un acide éthylénique en C16 à C24 et d'un alcool éthylénique en C16 à C24, ledit acide et/ou ledit alcool étant en configuration trans, au moins une cire hydrocarbonée de point de fusion supérieur à 70 °C.
  2. Composition selon la revendication 1, caractérisée en ce qu'elle est solide.
  3. Composition selon l'une des revendications précédentes, caractérisée en ce que ledit acide ne comporte aucun groupe hydroxyle.
  4. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit acide est choisi parmi les acides en C20 et en C22.
  5. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit acide est linéaire.
  6. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit acide comporte une seule insaturation éthylénique.
  7. Composition selon l'une des revendications 1 à 3, caractérisée en ce que ledit acide est choisi dans le groupe constitué par l'acide octadéc-9-énoïque ou acide oléique (C18), l'acide eicos-11-énoique (C20), l'acide docos-13-énoique ou acide érucique (C22), l'acide tétracos-15-énoique (C24) et leurs mélanges.
  8. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit alcool est choisi parmi les alcools en C20 et en C22.
  9. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit alcool est linéaire.
  10. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit alcool comporte une seule insaturation éthylénique.
  11. Composition selon l'une quelconque des revendications 1 à 7, caractérisée en ce que ledit alcool est choisi parmi l'octadéc-9-énol (C18), l'eicos-11-énol (C20), le docos-13-énol (C22), le tétracos-15-énol (C24), et leurs mélanges.
  12. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit ester est choisi dans le groupe constitué par l'oléate d'eicos-11-ényle, l'eicos-11-énoate d'eicos-11-ényle, l'eicos-11-énoate de docos-13-ényle, l'eicos-11-énoate de tétracos-15-ényle, le docos-13-énoate d'eicos-11-énoyle et leurs mélanges.
  13. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ledit ester est introduit dans la composition sous la forme de beurre de jojoba.
  14. Composition selon la revendication 13, caractérisée en ce que le beurre de jojoba est présent dans la composition selon l'invention en une teneur allant de 0,1 à 40 %, notamment de 0,5 à 15 %, en particulier de 1 à 12 % et plus particulièrement de 1,5 à 8 % en poids par rapport au poids total de la composition.
  15. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que la cire a un point de fusion inférieur ou égal à 105 °C, en particulier allant de 75 °C à 100 °C, et plus particulièrement de 80 à 95 °C.
  16. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ladite cire est choisie parmi les cires microcristallines, les cires de polyéthylène, les cires de Fisher Tropsch, les cires de paraffine et leurs mélanges.
  17. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce qu'elle comprend au moins deux cires hydrocarbonées différentes.
  18. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce qu'elle comprend un mélange d'au moins une cire hydrocarbonée linéaire et d'au moins une cire hydrocarbonée ramifiée.
  19. Composition selon la revendication 18, caractérisée en ce que ledit mélange est constitué d'au moins une cire de polyéthylène et d'au moins une cire microcristalline.
  20. Composition selon la revendication 18, caractérisée en ce que ledit mélange est constitué d'au moins une cire de paraffine et d'au moins une cire microcristalline.
  21. Composition selon l'une des revendications précédentes, caractérisée en ce qu'elle comprend un mélange d'au moins une cire hydrocarbonée ayant un point de fusion supérieur à 70 °C et inférieur ou égal à 80 °C et d'au moins une cire ayant un point de fusion supérieur à 80 °C et en particulier inférieur ou égal à 105 °C.
  22. Composition selon la revendication 21, caractérisée en ce que le rapport pondéral de la cire ayant un point de fusion supérieur à 70 °C et inférieur ou égal à 80 °C sur la cire ayant un point de fusion supérieur à 80 °C est de 1/1 à 3/1, et en particulier d'environ 2/1.
  23. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ladite cire est une cire de polyéthylène possédant un poids moléculaire allant de 300 à 700, et en particulier allant de 350 à 650.
  24. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce qu'elle comprend un mélange d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion supérieur à 70 °C et inférieur ou égal à 80 °C et d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion supérieur à 80 °C et inférieur ou égal à 105 °C, lesdites cires étant en particulier respectivement présentes en un rapport pondéral allant de 1/1 à 3/1, et plus particulièrement d'environ 2/1.
  25. Composition selon la revendication précédente, caractérisée en ce qu'elle comprend un mélange d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion inférieur ou égal à 75 °C et d'au moins une cire de polyéthylène ayant un point de fusion supérieur à 80 °C et inférieur ou égal à 90 °C.
  26. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce que ladite cire est présente en une teneur allant de 0,1 à 25 %, notamment de 2 à 20 %, en particulier de 3 à 15 % et plus particulièrement de 5 à 12 % en poids par rapport au poids total de la composition.
  27. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce qu'elle comprend au moins une huile de silicone et/ou une huile hydrocarbonée apolaire.
  28. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce qu'elle est anhydre.
  29. Composition selon l'une quelconque des revendications précédentes,caractérisée en ce qu'elle comprend au moins un colorant et/ou au moins un pigment et/ou au moins une charge complémentaire.
  30. Utilisation de l'association d'au moins un ester d'un acide éthylénique en C16 à C24 et d'un alcool éthylénique en C16 à C24, ledit acide et/ou ledit alcool étant en configuration trans, et d'au moins une cire hydrocarbonée de point de fusion supérieur à 70 °C, dans une composition cosmétique pour améliorer son confort, son glissant à l'application et son onctuosité tout en préservant ses propriétés mécaniques.
  31. Utilisation selon la revendication 30, caractérisée en ce que ledit ester est tel que défini en revendications 3 à 14.
  32. Utilisation selon la revendication 30 ou 31, caractérisée en ce que ladite cire est telle que définie en revendications 15 à 26.






IPC
A Täglicher Lebensbedarf
B Arbeitsverfahren; Transportieren
C Chemie; Hüttenwesen
D Textilien; Papier
E Bauwesen; Erdbohren; Bergbau
F Maschinenbau; Beleuchtung; Heizung; Waffen; Sprengen
G Physik
H Elektrotechnik

Anmelder
Datum

Patentrecherche

Patent Zeichnungen (PDF)

Copyright © 2008 Patent-De Alle Rechte vorbehalten. eMail: info@patent-de.com